TÉLÉCHARGER FREEBSD 8.2 GRATUIT

De ce que j’imagine, FreeBSD gère ça grâce à la compilation des paquets, mais sur les petites config c’est pas le top. Non, c’est parce que, comme tu le dis, tu n’as jamais essayé FreeBSD. If packages can not be found locally or fetched remotely, portupgrade will use ports. Inscrit en janvier Messages Comment peut-on opposer BSD à Debian? Tu veux dire que les admins employés par les grosses entreprises ne devraient surtout pas faire ce qu’ils sont payés pour faire à savoir de l’administration système? Dans le sens ou c’est un package du noyau accompagné de drivers et de logiciels?

Nom: freebsd 8.2
Format: Fichier D’archive
Système d’exploitation: Windows, Mac, Android, iOS
Licence: Usage Personnel Seulement
Taille: 65.11 MBytes

Microsoft aussi, leur durée de support est vraiment est de 7 à 12 ans, très très loin d’un « 2 ans » Alors dire que 2 ans c’est du LTS comme tu sembles le sous-entendre, c’est assez rigolo: La bonne façon d’aborder les problèmes sous FreeBSD avant de dire que saynul y pas aptitude, c’est d’essayer de comprendre comment font les gens. C’est où que tu vois un support à long terme? Aller au contenu Aller au menu. Depending on the time of day, the French go either way. Si je peux me permettre une remarque, qui je l’espère ne sera pas mal prise: Alors oui ça prends du temps, ça s’appelle du travail.

Cette semaine, deux nouvelles versions du système d’exploitation au démon rouge sont sorties: Les utilisateurs des versions 7. Un message sur les forums indique d’énormes gains pour ZFS entre 8. Le support de Xen en tant que domU a été amélioré, pour les architectures i et amd Un nouveau pilote, aesni 4a été ajouté pour tirer parti des possibilités d’accélération matérielle du chiffrement AES, disponibles sur certains processeurs Intel.

J’ai mentionné plus haut le système de base: Feeebsd, assez évident, est d’avoir l’ensemble des outils développés de façon cohérente, mis à jour ensembles. Pour utiliser les milliers d’applications qui ne sont pas dans le système de base, on utilise les ports.

Le port est le grand-père de l’extraordinaire pkgsrc de NetBSD. Un port est un ensemble de Makefile qui décrivent comment télécharger, configurer, compiler et installer chaque application et ses dépendances. J’aime bien les petits clins d’oeil humoristiques le fr en beurre, les backdoors du FBI Et il n’auront pas tort… Il est questions de savoir si les utilisateurs de de logiciels libres sont une communauté ou un ensemble de corporations.

Toute personne dépassant un kilomètre de haut doit quitter le Tribunal. C’est marrant, mais la seule annonce d’un réel intérêt « industriel » que je vois là est le passage de la 7. Le LTS est un des points critiques pour l’industrialisation d’un système d’exploitation en entreprise hors du cadre des geeks. C’est, avec l’appui de Canonical, une des raisons pour lesquelles de plus en plus d’hébergeurs infogestionnaires remplace Debian par Ubuntu.

Espérons que cela permette également à FreeBSD de décoller chez les décideurs pressés. Une version sur deux a peu pres a un support étendu sous FreeBSD. De plus la compatibilité binaire est complète entre les versions de chaque branche si tu passe de 7. Lorsque tu choisi une version majeure aujourd’hui la 8 par exempletu es tranquille pour au moins 5 ou 6 ans. Enfin il existe des modules de compatibilité binaire pour chaque version non maintenue.

Toutes les Debian sont LTS par défaut vu le cycle de release, ça n’est même pas la peine de le préciser On ne doit pas avoir la même notion de LTS: Lors de la minidebconf à Paris en Octobre dernier, je me souviens d’une conférence faite par un employé d’EDF qui disait avoir choisi Debian justement car le cycle de développement était suffisamment long et indiqué que les choix étaient limité pour le support long terme Red Hat, Open Suse, Debian et Ubuntu.

Tous les contenus que j’écris ici sont sous licence CC0 j’abandonne autant que possible mes droits d’auteur sur mes écrits. Bref, oui on est très limité dès qu’on regarde la pérennité d’une solution: En dehors de ça, peu de salut Debian sur un serveur d’entreprise, ça me fait quand même bizarre, il faut vachement suivre le cycle de release, ça marche pour des petites entreprises avec un admin geek passionné mais pour des grosses entreprises?

  TÉLÉCHARGER BÉBÉ PART EN VADROUILLE GRATUIT GRATUIT

FreeBSD , PC-BSD , FreeBSD : UNIX contre-attaque | Silicon

Ben faut lire les slides de Josselin Mouette. Il explique pourquoi à EDF ils ont choisi Debian. C’est déployé sur des stations de travail et sur les clusters de calcul. Sur la slide intitulé « Why we keep Debian » il y a « Appropriate release cycle: Il y a de temps en temps UN truc qu’il faut changer.

freebdd

Faut pas déconner, jouer avec des machines de cette manières, ça mérite la porte direct, on ne joue pas comme ça avec des machines utiles, seulement avec une machine chez soit pour faire geek qui se la pête.

Désolé, mais upgrader la machine n’est pas la seule chose à faire: Pareil pour le desktop que pour le serveur. Et la personne qui fait tout ça ainsi que la disponibilité de la machine de test n’est pas gratuite. Dans la vraie vie, changer un truc qui marche parce que l’OS est en fin de support, ça a un coût, et pas faible. C’est être incompétent que d’avoir des choses à changer au bout de 3 ans? Si c’est le cas pour toi, vas faire un tour dans la vraie vie, ça t’évitera de raconter n’importe quoi.

A moins que ton serveur, tu n’y touches jamais pendant 7 ans parce qu’il ne délivre qu’un service basique. Par exemple serveur de fichiers. Dans ce cas, pas besoin non plus de Red Hat. Mais dans tous les autres cas, tu vas être obligé d’ajouter tel service, de modifier tel paramétrage. Alors une mise à jour de temps en temps, franchement, c’est une paire d’heure en comptant le temps de sauvegarde intégrale. Oui, je continue de l’affirmer, une personne qui fait ça est incompétente et ne peut pas être admin, il met en danger l’entreprise.

Y compris « serveur de fichier » si le serveur existe, c’est qu’il est utile. Donc on teste avant de foutre la merde, on ne sait jamais ce qui peut arriver. Un upgrade, ce n’est pas 2 lignes de check-list, Ca monte vite. D’ailleurs, au passage je note que tu parles de « sauvegarde intégrale », tient ça commence déjà a rajouter des lignes dans la liste des choses à faire Si on en ai à vouloir multiplier les 9 du taux de disponibilité, il y a plusieurs choses à prendre en compte:.

Alors oui ça prends du temps, ça s’appelle du travail.

FreeBSD : mise à jour 8.2 pour l’OS opensource sécurisé

Il y a pleins de métiers où il y a du travail. Il n’a jamais dit qu’il faisait ça sur de la prod non plus. Il est évident que ça doit d’abord être validé sur un environnement dédié, puis être appliqué en prod. Tu veux dire que les admins employés par les grosses entreprises ne devraient surtout pas faire ce qu’ils sont payés pour faire à savoir de l’administration système?

Ensuite, s’il faut être un « geek passionné » pour « suivre le cycle de release » d’un truc qui est mis à jour tous les deux ans Une durée longue de release est à double tranchant.

freebsd 8.2

D’un côté ça limite le nombre d’upgrade fdeebsd d’un autre côté ça les rends plus difficiles, avec d’avantages de changements d’un seul coup. Inversement des releases fréquentes limitent le nombre de changements pour chacune et les rends plus simples, parfois insignifiantes. Je me souviens encore de la migration où on est passé d’exim3 à 4 apache 1 à 2 et iso à utf8! En revanche de la lenny à la squeeze pour moi ça a été insignifiant. C’est où que tu vois un support à long terme? Perso, je n’en vois aucun dans la dépêche.

Il y a un truc « 2 ans », c’est sympa mais ça ne fait pas une « LTS » si L veut dire long. Ubuntu est déjà un peu léger sur le desktop avec 3 ans, heureusement il y a la version « Serveur » de 5 ans, c’est la limite. Redhat, c’est plus long, on attaque 7 voir 10 ans. Microsoft aussi, leur durée de support est vraiment est de 7 à 12 ans, très très loin d’un « 2 ans » Alors dire que 2 ans c’est du LTS comme tu sembles le sous-entendre, c’est assez rigolo: Surtout pour un serveur les BSD sur du desktop, euh Si je peux me permettre une remarque, qui je l’espère ne sera pas mal prise: Modèle économique et cible clients.

  TÉLÉCHARGER MULTICRAFT FREE MINER PC GRATUITEMENT

Le 82 FreeBSD restera un « truc de geek » ou de professionnels et ne sortira certainement pas de là en tout cas je ne vois ni besoin ni volonté. Par contre FreeBSD est soutenue par un sacré gros paquet d’entreprises, et même si on peux considérer que certaines n’échangent pas assez etc Et puis c’est quant même historiquement un coeur de cible « réseaux », comme NetBSD.

Cela non plus freebbsd tends vers « un décollage vers les décideurs pressés ». Ainsi que des ISV d’ailleurs. La dernière version d’une branche est toujours supportée deux ans. Sinon, pour donner mon grain de sel au niveau du support ‘ longtemps ‘, la nouveauté, c’est certainement l’annonce à priori d’un support long, puisqu’avant la 7.

freebsd 8.2

Mais j’ai certainement raté quelque chose. Sinon, au niveau de la  » gueguerre « je trouve rigolo que quelqu’un se satisfasse de s’affilier à Debian comme d’autres s’affilient au PSG. Ah oui, autre chose: Pour les fanas d’Ubuntu, passez votre chemin, les questions d’ergonomie qui cachent le fonctionnement ne sont pas les questions auxquelles FreeBSD répond.

TrueOS — Wikipédia

Oui mais tu ne peux pas faire fonctionner tout le système d’exploitation FreeBSD dans Debian, alors que l’inverse faire fonctionner toute une distribution Debian dans FreeBSD est possible. En fait, la question est plutôt: Comment peut-on opposer BSD à Debian? Meuh, le taf de portage de la Glibc sur le noyau freebsd a démarré en ou il me semble. On est loin de la nouveauté. Dans le troll, on pourrait dire que la GNUification de freebsd avance bien moins vite que la BSDification de linux llvm, apache, android, etc etc Donc on peut dire que le monde Linux est plus ouvert puisqu’il accueille plus vite les technos BSD….

Le système de ports doit pas mal ressembler au Portage de Gentoo vu que l’idée vient de ces derniers.

Et que comme Gentoo, il existe des paquets binaires pour quand on à la flemme de compiler. Il y a pkgsrc qui apporte un premier niveau d’abstraction je dirai, pourquoi n’est-il pas plus utilisé? Et enfin, pourquoi pas un outils plus haut niveau comme emerge? En fait, je pense que les développeurs sont capables de construire des outils pour la gestion des paquets sources de façon évoluée ou même fournir des paquets binaires directement gérés par un gestionnaire de paquets comme la plupart des distributions Linux.

FreeBSD 8.2, PC-BSD 8.2, FreeBSD 7.4 : UNIX contre-attaque

Mais j’aimerais comprendre pourquoi ce n’est pas le cas? Euh, ta phrase est à l’envers. Il aurait fallu écrire un truc du genre: J’avais un peu cogité sur comment bien écrire cette phrase mais celle-ci est restée avec cette tournure mal foutue Et pkgin est quand même très utilisé vu qu’il est le gestionnaire de paquet par défaut de dragonflyBSD, est fort utilisé sous netBSD normal, c’est pour lui qu’il a été développé à l’origine puisque pkgsrc est avant tout netBSD.

En plus, il marche bien sous linux au moins debian et sous Mac OS X.